Maroc : Roadtrip entre Anti-Atlas et Côte Atlantique

Vous souhaitez faire un voyage au Maroc et connaitre les lieux à voir dans l’Anti-Atlas ? Alors vous êtes au bon endroit !


Le Maroc est un pays que j’adore, j’y suis allée déjà plusieurs fois : un premier voyage à Marrakech, un autre à Fès et Chefchaouen et un dernier en février 2020 (avant que le monde ne parte en vrille) où j’ai fait une magnifique boucle de Ouarzazate jusqu’au désert de Merzouga. Des séjours que je ne vous ai toujours pas partagé par ici d’ailleurs … Boooouh la mauvaise blogueuse !

Au printemps dernier, après deux ans sans avion, j’ai délaissé mes voyages à bord de Ti Camion pour m’envoyer en l’air direction l’Anti-Atlas au Maroc.

Alors aujourd’hui je reprends la plume pour vous partager ce magnifique voyage au Maroc, entre Anti-Atlas et côte atlantique.


L’Anti-Atlas : un massif sauvage dans la région du Souss Massa

Située au sud-ouest du Maroc, la région du Souss Massa est la moins fréquentée du Maroc et pourtant ! Elle regorge de paysages grandioses très variés, alternant montagnes, hauts plateaux désertiques et littoral bordant l’océan atlantique. Elle est traversée par deux massifs montagneux : le Haut Atlas occidental au nord, et par l’Anti-Atlas au sud.

Pour ce voyage au sud du Maroc j’ai opté pour vadrouiller au cœur du massif de l’Anti-Atlas, plus particulièrement entre Taliouine et Tafraoute. J’ai découvert des paysages alliant tour à tour canyons, chaos rocheux, hautes montagnes et vallées. Tout simplement grandiose ! J’ai fini sur le littoral, dans de petits villages charmants qui bordent l’océan Atlantique.

J’en ai encore pris plein les mirettes et j’espère à travers cet article vous donner aussi envie à votre tour d’aller explorer cette partie du Maroc qui n’attend que vous.

Un voyage hors des sentiers battus au Maroc. Et un séjour un peu hors du temps, car réalisé quelques mois après l’ouverture des frontières au Maroc et en pleine période de Ramadan. Autant vous dire que je n’ai pas croisé grand monde. Comme l’impression d’avoir eu la région pour moi toute seule ou presque 😉


Les gorges de Tislit

Après avoir atterri à Agadir et récupéré la voiture de location à l’aéroport, j’ai filé direction le village de Taliouine, la capitale du safran au Maroc.

J’ai posé mes bagages à l’hôtel Le Safran, adresse que je vous recommande au passage. L’hôtel se trouve en plein centre, au bord de la route principale, les chambres sont très spacieuses et c’est vraiment calme.

Puis j’ai filé en direction des gorges de Tislit qui me faisait de l’œil depuis un petit moment.

Véritable coup de cœur pour cet endroit ! Moi qui je suis fan des formations géologiques étranges j’ai été servie. Le canyon est formé par d’impressionnants blocs de rochers volcaniques.

Les roches sont vraiment magnifiques et forment un paysage plutôt étonnant. Et certaines rochers ont des formes plus ou moins évocatrices je vous l’accorde 😉


Comment aller aux gorges de Tislit ?

Depuis Taliouine continuez sur la nationale 10 sur une trentaine de kilomètres puis tourner à gauche pour emprunter la route qui mène au village de Assais .

Depuis le village d’Assais vous trouverez une petite piste sur votre droite qui vous mènera près du village de Tislit. Il faudra vous garer avant d’arriver au village de Tislit car les derniers mètres ne sont pas du tout praticables en voiture !

Continuez ensuite à pied jusqu’au village et dirigez-vous en bas de la vallée vers les gorges que vous verrez au loin.

Les femmes du villages sont réputées pour tisser de superbes tapis qu’elles proposent à la vente aux voyageurs de passage. L’occasion de rapporter un superbe souvenir du Maroc et de faire vivre un peu l’économie locale 🙂


Escale rapide à Taroudant

Taroudant est une ville située entre Agadir et Taliouine. Je n’y suis passée que pour faire le plein de provisions mais j’ai beaucoup aimé son ambiance de grand village.

Encore une fois comme tout au long de ce voyage les sourires et les échanges chaleureux étaient au rendez-vous !

La ville est entourée de hautes murailles en pisé, vous pouvez d’ailleurs monter sur les remparts lorsque vous entrez dans l’enceinte de la cité par Bab al-Kasbah.


La route Aït Baha : la plus belle route de l’Anti-Atlas

Direction Tafraout via la route d’Aït Baha, la nationale 105, réputée pour être une des plus belles routes de l’Anti-Atlas. Et je vous le confirme, elle est tout simplement MAGNIFIQUE !

Le décor change très vite, il y a toujours un point de vue fabuleux à découvrir à chaque virage. Les paysages avec ces montagnes parsemées d’arganiers sont fabuleux, c’est un vrai régal pour les yeux !

Sans vous mentir j’ai du m’arrêter au moins une cinquantaine de fois sur cette route ! Tout est tellement beau partout où le regard se pose ❤


Le grenier fortifié d’Imchguiguiln

En chemin vous pourrez vous arrêter à Imchguiguiln (sympa à prononcer) pour visiter un ancien agadir.

Il s’agit d’un ancien grenier collectif utilisé auparavant par les habitants pour stocker leurs grains et leurs objets précieux. La région de Tafraout compte de nombreux anciens agadirs, celui-ci a été restauré il y a quelques années.

Pour visiter l’agadir il faudra trouver le gardien, le seul détenteur de la précieuse clef qui ouvre les portes de cet endroit chargé d’histoire.

Pas de gardien à notre arrivée mais un petit papi qui ne parlait pas français mais qui a du comprendre ce que l’on voulait car il est parti en direction d’une maison et il est revenu avec la gardienne. Elle a pris le temps de nous ouvrir les portes du grenier et de nous expliquer l’histoire de cet endroit assez incroyable.

A coté de chaque porte du grenier il y a une petite ouverture spécialement conçue pour laisser passer les chats qui avait pour fonction de faire fuir les rats et donc protéger les grains.

La visite est gratuite mais je vous conseille tout de même de laisser un petit pourboire pour la visite 🙂


La casbah Tizourgane

Toujours sur cette route vous découvrirez aussi la magnifique casbah de Tizourgane.

Il s’agit d’un petit village fortifié datant du XIIIème siècle, devenu aujourd’hui Maison d’hôtes. Dormir dans ce cadre doit être exceptionnel, j’en ai pas fait l’expérience mais peut-être la prochaine fois !

La vue sur les montagnes est sublime, c’est vraiment une des merveilles de l’Anti-Atlas !

Après cette petite halte j’ai continué ma route en direction de Tafraout et les lumières de fin de journées en arrivant m’ont offert un spectacle majestueux. Merci Dame Nature !


Tafraout, la perle de l’Anti-Atlas

Tafraout fait partie des plus beaux lieux à voir dans l’Anti-Atlas. La ville est lovée au cœur d’un impressionnant chaos rocheux, le paysage est complètement fou et donne envie de crapahuter partout !

La ville de Tafraout ne possède pas vraiment d’intérêt en elle-même dans le sens où il n’y a pas grand chose à visiter. Prenez tout de même le temps de découvrir ses petites rues et la petite place où se trouve son marché artisanal, idéal pour acheter de l’argan sous toutes ses formes, c’est vraiment la spécialité de la région !

Tafraout vaut surtout le détour pour son cadre naturel hors du commun et pour toutes les merveilles qui l’entourent comme le village d‘Aguerd-Oudad, la vallée des Ammeln, ou les gorges d’Aît Mansour.


Adaï

Si vous souhaitez crapahuter un peu dans un chaos rocheux, prenez la direction du petit hameau d’Adaï, situé à 3 kilomètres à l’ouest de Tafraout, et réputé aussi pour abriter un joli minaret de couleur rouge.

N’hésitez pas à traverser sa belle palmeraie pour emprunter les ruelles du villages où vous trouverez de jolies maisons pittoresques plantées dans la roche.

Vous verrez aussi l’habit traditionnel des femmes de la région de Tafraout : bleu pour les jeunes filles et noir pour les femmes mariés.


La vallée des Ammeln

Avant d’arriver à Tafraout via la route d’Aït Baha vous arriverez au cœur de la sublime vallée des Ammeln. C’est ici que j’ai posé mes valises pour visiter les merveilles de l’Anti-Atlas et je n’ai pas regretté ce choix !

J’ai logé dans le superbe hôtel L’Arganier d’Ammelne pour 30 euros par jour comprenant une jolie chambre double + 2 repas du soir + 2 petits déjeuners. Rien à dire sur le prix et les petits plats sont à tomber ! Pour couronner le tout il y a une belle piscine, agréable pour se rafraichir en fin de journée et une superbe vue sur les reliefs qui dominent la vallée !

La localisation est parfaite pour découvrir les merveilles de la région de Tafraout et le propriétaire des lieux est vraiment adorable. Bref, une adresse que je vous recommande fortement aussi ! En plus vous serez face à une curiosité du coin : la fameuse montagne à tête de lion !

La vallée des Ammeln


La Maison traditionnelle

Pour en apprendre davantage sur la vallée et sur le mode de vie des habitants n’hésitez pas à visiter La Maison Traditionnelle située à Ousmenat, l’un des 26 villages de la vallée des Ammeln.

Il s’agit d’une ancienne charmante demeure à flanc de montagne qui fait aujourd’hui office de musée pour les voyageurs.

J’ai adoré cette visite et la bonne humeur de Mustapha le propriétaire des lieux, qui vous livrera plein d’anecdotes sur les us et coutumes de la région. Vous pouvez aussi loger dans la Maison Traditionnelle, c’est une très belle adresse 🙂

Le village d’Oumesnate
La Maison Traditionnelle

Tagdicht

Si vous ne craignez ni le vertige, ni les petites routes à flanc de falaises, je vous conseille d’emprunter celle qui mène au village de Tagdicht.

En chemin vers le village vous pourrez admirer une très belle vue sur la vallée des Ammeln et sur les sommets qui l’entoure.

Le village de Tagdicht est lové dans un cirque montagneux, au pied de l’un des sommets emblématiques de l’Anti-Atlas, le Djebel Lekst (2356 mètres). Il est d’ailleurs possible de faire l’ascension de ce sommet en partant du village.

Le village de Tagdicht


Aguerd-Oudad

Le village d’Aguerd-Oudad, situé à moins de 4 kilomètres de Tafraout, fait partie des lieux incontournables à voir dans l’Anti-Atlas.

Ce petit hameau, niché lui aussi au cœur d’un chaos rocheux, est réputé pour son rocher à la forme insolite nommé Le Chapeau de Napoléon.


Les Rochers Peints

Tout près d’Aguerd-Oudad se trouve le site des Rochers Peints, une œuvre de Land Art d’un artiste belge nommé Jean Verame.

Cet artiste a peint d’immenses rochers arrondis en bleu, jaune, rose et orange. Un lieu vraiment étonnant !

Une petite piste permet d’accéder au début du site en voiture puis vous n’avez plus qu’à explorer les lieux à pied. Vous aurez en prime un superbe panorama sur les montagnes de l’Anti-Atlas en arrière plan.


Les gorges d’Ait Mansour

Les gorges d’Aït Mansour font partie des plus beaux lieux à voir dans l’Anti-Atlas. J’ai eu un véritable coup de cœur pour cet endroit !

Au début des gorges on évolue à travers un canyon étroit, entouré d’une dense palmeraie et de falaises immenses d’un rouge intense. Puis les gorges s’élargissent peu à peu pour laisser place à un paysage lunaire où l’on découvre des villages et de magnifiques anciens douars.

7 kilomètres de gorges et 7 kilomètres de fracture de la rétine !

Le village de Gdourt est pour moi le plus bel endroit à voir dans le gorges d’Aït Mansour. Les maison en pisé, typiques de l’architecture berbère, se superposent au dessus de l’oued et d’une belle palmeraie. Un vrai régal !

Comment visiter les Gorges d’Aït Mansour ?

Comptez un peu moins d’une heure de route pour rejoindre l’entrée des gorges d’Aït Mansour depuis Tafraout.

Situées à 30 kilomètres de la ville, la distance n’est pas longue mais vous emprunterez une petite route de montagne avec quelques virages en lacets. Sans comptez les arrêts photos car la route est aussi très belle !

Vous pourrez visiter les gorges en parcourant les 7 kilomètres en voiture, (la route est très étroite au départ dans la palmeraie), mais aussi en vélo ou à pied.


Le canyon d’Aoukerda

Le canyon d’Aoukerda fait partie des lieux encore méconnus de l’Anti-Atlas. Un site qui risque toutefois d’être un peu plus fréquenté à l’avenir car une toute nouvelle route goudronnée permet d’y accéder en moins d’une heure depuis Tafraout.

Et attention les yeux, le décor est encore une fois tout bonnement grandiose ! La route traverse notamment un magnifique plateau désertique perché à 1500 mètres d’altitude.

La route vous mènera ensuite jusqu’à un belvédère sur le canyon. Situé juste à côté de la route, il faudra crapahuter un peu sur les rochers pour découvrir toute la grandeur du canyon. Attention cependant au vide, ici rien n’est sécurisé !

La route ensuite devant de très belles arches naturelles et se finit au petit hameau d’Aoukerda, où se trouve une petite curiosité assez ingénieuse et très photogénique.

Les villageois ont creusé un tunnel dans la falaise au niveau de la rivière pour détourner l’eau et l’amener sur l’autre versant du canyon.

A la sortie du tunnel une petite corde permet de rejoindre le fond du canyon. Vous pouvez aisément vous balader dans le canyon et prendre le temps d’apprécier la beauté des lieux.

Comment aller au canyon d’Aoukerda ?

Depuis Tafraout, empruntez la route 107 en direction du village d’Igmir.

A l’entrée du village, prenez la nouvelle route goudronnée sur votre gauche, elle finira plus loin au village d’Aoukerda. Encore une fois la route pour accéder au canyon est magnifique car elle traverse de grands plateaux désertiques avant de finir entre les falaises ocre et rouge des gorges.


En route vers le littoral marocain !

Après six petites journées passées (beaucoup trop vite) au cœur du massif de l’Anti-Atlas j’ai choisi de rejoindre Agadir en passant par l’océan. Encore une fois j’en ai pris plein les mirettes en chemin !

Avant d’arriver sur le littoral, je me suis arrêtée à Tiznit pour visiter son souk de bijoutiers qui regorgent de magnifiques pièces berbères.

Puis me voilà face à l’océan Atlantique, changement de décor, changement d’ambiance et encore une fois que du bonheur !

J’ai posé mes valises au village de Mirleft (très mignon d’ailleurs) avant de découvrir quelques lieux qui bordent le littoral marocain. Au programme : la magnifique arche de Legzira, le village aux airs hispaniques de Sidi Ifni et le joli village de pêcheurs de Tagazout.


L’arche de Legzira

L’Arche de Legzira est une véritable perle nichée au bord de l’Océan Atlantique. Je suis arrivée dans l’après-midi et j’ai passée un moment à admirer cette beauté surtout au moment des belles couleurs que l’on trouve en fin de journée.

Il existait une autre arche encore plus impressionnante, bien que celle-ci le soit déjà, mais elle s’est effondrée il y a quelques années. Vous verrez d’ailleurs les stigmates de cet effondrement juste après être passé sous l’arche.


Sidi Ifni, une ancienne enclave espagnole

Ancienne colonie espagnole, le village fut rendu au Maroc en 1969 et conserve encore aujourd’hui une petite touche hispanique.

La particularité de ce village ? Ici tout est blanc et bleu ! En vous baladant dans les petites ruelles de l’ancien centre ville colonial vous découvrirez tout le charme de Sidi Ifni et de nombreuses belles portes traditionnelles marocaines.

J’ai aussi apprécié flâner dans son tout petit souk où les locaux étaient ravis de voir de nouveau des touristes 🙂


Taghazout

J’ai fini ce superbe voyage au Maroc dans le petit village de pêcheurs de Taghazout. Un spot prisé ses surfeurs, surement en haute saison car là il n’y avait encore une fois pas grand monde. Mais les vagues étagent bien là !

Un petit moment hors du temps par ici où j’ai juste pris le temps … de ne rien faire !


Voyage dans l’ Anti-Atlas : Quelques conseils

Comment se rendre dans l’ Anti-Atlas ?

La façon la plus simple de se rendre dans l’Anti-Atlas est de prendre un vol en direction d’Agadir. J’ai fait un petit détour pour me rendre aux Gorges de Tislit mais sinon vous pouvez rejoindre directement Tafraout via la nationale 105 et vadrouiller dans les alentours.

Voici une petite carte pour vous aider à situer tous les endroits nommés dans cet article 🙂


Louer une voiture au Maroc

Rien de mieux que de louer une voiture pour pouvoir visiter les merveilles de l’Anti-Atlas en toute liberté. J’ai payé environ 150 euros pour une semaine depuis l’aéroport d’Agadir (via Rentalcars).

Les routes sont très bonnes et la plupart sont goudronnées. La vitesse est souvent limitée à 80 km/h dans tous les endroits que j’ai nommé ici.

Pas de difficulté particulière à souligner, on était souvent seul sur la route !


Voyager au Maroc pendant le Ramadan

A vrai dire je ne me suis pas posée la question avant le départ. Je savais que le voyage tombait en pleine période de Ramadan mais que cela n’allait pas m’empêcher de vadrouiller ni de faire des rencontres.

Alors certes il y a un peu moins de monde dans les rues, pas mal de restaurants et commerces sont fermés ou qui n’ouvrent qu’à la tombée de la nuit mais rien n’empêche de voyager au Maroc pendant cette période.

J’ai même apprécié découvrir ce pays pendant ce moment particulier, c’est assurément un autre rythme de vie pour les habitants, plus tranquille (et éreintant aussi).


L’hospitalité au Maroc

Encore une fois j’ai été conquise par l’accueil chaleureux des marocains. Surtout dans les petits villages de l’Anti-Atlas. Les locaux vous sourient tout le temps, vous aborde avec plein de gentillesse et vous font signe de la main partout et tout le temps en voiture.

En rentrant en France on avait pris le pli et on faisait coucou à tout le monde … mais on n’a pas eu le même accueil 🙂


Et voilà, fin de ce petit reportage où je vous ai légèrement inondé de photos 🙂

En espérant que cet article vous donne envie d’organiser à votre tour un road trip dans cette partie du Maroc !

Les meilleurs livres de voyage et d’aventure

Si comme moi vous partagez la passion du voyage et de la lecture alors cet article est tout simplement fait pour vous !

Récits d’aventures, romans, contes initiatiques, bandes-dessinées … Voici une sélection de 22 livres tout droit sortis de ma bibliothèque sur le thème du voyage. De quoi s’évader aux quatre coins du monde ❤

Trêve de blabla et place à l’évasion !


Les meilleurs livres de voyage de ma bibliothèque


Longue Marche

Bernard Ollivier

S’il n’y avait qu’un récit d’aventures à lire ce serait bien bien celui-ci : Longue Marche de Bernard Ollivier !

Dans ces trois tomes l’auteur retrace l’extraordinaire voyage qu’il a effectué à pied : 12.000 kilomètres sur la route de la Soie, d’Istanbul à Xi’an Une aventure qui durera quatre ans, riche en rebondissements et surtout jalonnée de merveilleuses rencontres.

On vit le voyage et ses émotions tout au long de la lecture, c’est un vrai bonheur !

Une ôde à la marche, à la lenteur et au voyage au long court. A ce jour c’est encore et toujours le récit d’aventures que j’ai préféré ❤

A 75 ans il décide de conclure cette folle épopée en parcourant toujours à pied les trois mille kilomètres qui manquaient entre Lyon et Istanbul. Une aventure hors norme qu’il partage dans son roman Longue Marche, Suite et Fin.

Bernard Ollivier s’est aussi retrouvé sur le chemin de Compostelle alors qu’il traversait une période très douloureuse. Au retour de ce chemin il a fondé l’association Seuil qui propose des séjours de marche éducatives pour des jeunes en rupture sociale. L’idée est de les aider à « devenir acteurs de leurs propre réinsertion par une marche individuelle de trois mois, 1600 km à l’étranger, sans téléphone ni musique dans les oreilles« .

Un sacré personnage ce Bernard Ollivier ❤


L’axe du loup

Sylvain Tesson

J’aime et j’adore Tesson (surtout à ces débuts) et si je devais n’en choisir qu’un ce serait celui-ci !

Dans l’Axe du Loup Sylvain Tesson retrace son voyage de la Sibérie au golfe du Bengale, effectué sans moyen mécanique.

Intrigué par le récit d’un polonais qui s’est évadé du Goulag et dit avoir réalisé cette traversée dans A marche Forcée, Sylvain Tesson, pas têtu, décide de tenter l’aventure pour vérifier la vraisemblance de cet exploit.

6.000 kilomètres à pied, à cheval, à vélo à travers les taïgas, la steppe mongole, le désert de Gobi, les hauts plateaux tibétains, la chaîne himalayenne ….

Un hymne au nomadisme et une ode à la liberté dans cette belle aventure humaine.


Lattitude zéro

Mike Horn

Pas la peine de présenter cet aventurier hors norme qui se lance à chaque fois des défis plus fous les uns que les autres …

Dans ce livre il retrace son périple de 40.000 kilomètres le long de l’équateur. Une aventure de 17 mois où il traversera trois océans, trois jungles et trois continents. Le tout avec deux règles qu’il s’impose : ne jamais s’éloigner de plus de 40 kilomètres de la latitude zéro et ne pas utiliser de véhicules à moteur …


Dans les pas du fils

Renaud et Tom François

Grand coup de cœur pour cette sublime aventure humaine entre un père et son fils.

Renaud est un papa décidé à vivre une expérience qui lui permettra de tisser plus de lien avec son fils Tom. Il lui propose une aventure complètement dingue : traverser à cheval les steppes du Kirghizstan ! Ce récit à deux voix retrace leur folle épopée qui durera trois mois.

De magnifiques retrouvailles entre ces deux hommes qui vont devoir puiser dans leurs ressources pour affronter leurs propres démons. Le lien qui se tisse entre eux tout au long de cette épopée et simplement merveilleux !


Des monts célestes aux sables rouges

Ella Maillart

Ella Maillart est considérée comme l’une des plus grandes voyageuses du XXème siècle, pour elle Partir, c’est revivre.

En 1932, elle part en Asie centrale pour rencontrer des nomades, un peuple qui l’a fascine depuis toujours. Sur des skis bricolés ou à dos de chameau elle explore avec pour but « d’apprendre à connaître la vie. Surtout, la rendre vraie en la simplifiant moralement et physiquement. Alors seulement, en goûter la saveur saine

Un incontournable du genre à lire ou à relire !


Flash ou le grand voyage

Charles Duchaussois

Un récit autobiographique passionnant et bouleversant.

Charles Duchaussois retrace son voyage du Moyen Orient en Asie et où il découvre en chemin l’univers de la came. Un rêve hippie qui se transforme en cauchemar et où les drogues se font de plus en plus dures.

L’écriture est efficace, on voyage avec lui à travers le Liban, la Turquie, l’Afghanistan, l’Inde et le Népal. On vit sa descente aux enfers et ses péripéties jalonnées par les rencontres en chemin.

Un récit dont on ne sors pas indemne et qui illustre très bien la période hippie des années 1960.


La pierre et le sabre

Eiji Yoshikawa

Un grand classique de la littérature populaire japonaise. Ces deux livres qui se suivent retracent la vie (de façon très romancée) du célèbre samouraï Miyamoto Musashi.

Impossible de s’ennuyer malgré les 700 pages qui vous attendent, c’est à chaque fois un régal ! Je les ai lus quand j’étais au lycée et j’en garde encore un très bon souvenir 🙂


Shantaram

Gregory David Roberts

Un pavé de plus de 1000 pages certes mais qui se dévore ! Ce récit autobiographique retrace la vie extraordinaire de Lin, un ex-braqueur australien qui s’est échappé de prison et qui s’est réfugié en Inde.

Dix ans d’aventures avant de faire attraper et c’est derrière les barreaux qu’il écrira ce sublime pavé ! Un incontournable du genre à lire ou à offrir !


La colère des aubergines

Bulbul Sharma

Ce livre est un recueil de petites nouvelles qui retracent la vie de femmes qui partent en voyage et dont la vie bascule brutalement …

Des récits complètement loufoques qui vont plongeront le temps d’un instant dans la quotidien de femmes indiennes. A savourer sans modération !

Du même auteur je vous conseille aussi Mes Sacrées tantes. Un délice !


Le voile de Téhéran

Parinoush Saniee

Passionnée par l’Iran, j’en ai lu des livres sur le sujets et celui-ci fait partie de ceux qui m’ont le plus marqué.

Dans ce roman autobiographique Parinoush Saniee retrace la vie de Massoumeh, seize ans, qui rêve de poursuivre ses études. Un rêve possible pour les filles depuis que le Shah a modernisé l’Iran mais qui devient rapidement une chimère face au poids des traditions familiales.

Un livre poignant et bouleversant tout simplement.


Mille soleils splendides

Khaled Hosseini

En voilà un auteur que j’adore aussi. J’ai dévoré tous ses livres, dont l’incontournable « Les cerfs-volants de Kaboul » que je vous recommande aussi.

Dans Mille soleil splendides Khaled Hosseini nous livre le destin de deux femmes qui évoluent au cœur de l’histoire chaotique de l’Afghanistan.

Un roman coup de poing, beaucoup de sensibilité et d’espoirs avortés. Un sublime hommage aux femmes afghanes.


Les cavaliers

Joseph Kessel

Toujours en Afghanistan voici un livre de voyage qui fait partie des classiques à lire au moins une fois dans sa vie ! Une histoire consacrée au jeu du bouzkachi, un jeu équestre endiablé dont j’ai eu la chance d’en voir un match lors d’un voyage en solo au Kirghizistan. Une joute brutale mémorable d’ailleurs !

Dans son roman Les Cavaliers Kessel nous plonge dans cet univers impitoyable où se côtoient des personnages féroces et épiques. La plume de Kessel est un petit bijou, foncez le lire si ce n’est pas déjà fait !


Petit pays

Gaël Faye

Premier roman pour Gaël Faye, rappeur franco-rwandais, et quelle claque !

Un récit aux accents autobiographies qui dépeint le regard d’un enfant de dix ans sur le génocide rwandais. Innocence et barbarie, humour noir pour décrire l’indicible, et une plume merveilleuse pour ce récit à la réalité insoutenable qui se déroule dans son petit pays, le Burundi.


Ulysse from Bagdad

Eric Emmanuel-Schmitt

Un autre auteur que j’adore et dont tous ses livres, ou presque, sont dans ma bibliothèque ❤

Ici l’histoire se passe en Irak et raconte le voyage de Saad une jeune Bagdadi qui fuit la dictature de Saddam Hussein. Tel Ulysse il affrontera bien des tempêtes et naufrages pour fuir le chaos et gagner l’Europe.

Un livre sur le thème de l’immigration qui fait écho avec la triste réalité d’aujourd’hui.


Les sept plumes de l’aigle

Henri Gougaud

Si vous ne connaissez pas Henri Gougaud c’est un problème ! Chacun de ses ouvrages est un véritable bonbon qui se savoure pages après pages.

Les sept plumes de l’aigle est un récit initiatique qui vous plongera dans l’univers du chamanisme. Une quête étrange et tourmentée d’un homme, Luis, qui rencontre un chaman dans les ruines de Tiahuanaco. Celui-ci lancera son disciple à la recherche des sept plumes de l’aigle, les sept secrets de la vie.

A savourer comme tous les autres ouvrages de cet auteur/conteur que j’adore !


Petit Bodiel et autre contes de la savane

Hamadou Hampaté Ba

Amadou Hampâté Bâ, conteur hors pair, est l’un des plus grands spécialistes de la culture peule.

Dans ce recueil il nous raconte Petit Bodiel, un conte traditionnel qui retrace les aventures d’un petit lièvre assez malin. Puis s’ajoutent bien d’autres contes et nouvelles initiatiques, tout aussi désopilantes !


Paz

Caryl Férey

Etant fan de polar il fallait bien que j’arrive à en placer un dans cette liste ! C’est donc avec Cary Férey que je me permets ce petit écart pour vous prouver qu’il est possible de voyager même avec un roman policier.

Caryl Férey fait partie de mes écrivains préférés, un grand voyageur lui aussi d’ailleurs. Il a d’ailleurs travaillé pour le Guide du Routard c’est pour vous dire. Chaque intrigue nous plonge dans l’histoire d’un pays. Zulu en Afrique du Sud, Mapuche en Argentine, Condor au Chili …

Dans Paz l’histoire ne se passe pas en Bolivie car le mot est à traduire comme Paix, mais en Colombie sur fond de guérilla.

C’est brutal certes mais encore une fois cet auteur a le don pour nous plonger au cœur d’affaires complexes dont la réalité n’est pas si éloignée. C’est éprouvant, parfois difficilement supportable mais c’est la patte de Férey et c’est à chaque fois une pépite !


Persépolis

Marjane Satrapi

Fan de l’Iran et de son histoire je vous l’ai déjà dit alors je ne peux m’empêcher d’ajouter à cette liste Persépolis, l’histoire autobiographique de Marjane Satrapi.

L’auteur nous raconte son enfance sur fond d’Histoire iranienne. C’est touchant, bourré d’humour et d’auto-dérision. Un regard sur l’Iran dans ce roman graphique en noir et blanc. A compléter avec le film d’animation qui est merveilleux lui aussi.


Une vie avec Alexandra David Néel

Ai-je bien besoin de présenter cette aventurière hors pair ? Première femme européenne à avoir été dans la cité interdite de Lhassa eu Tibet., c’est l’une des plus grandes exploratrices du début du XXième siècle. Après m’être délectée en lisant Voyage d’une parisienne à Lhassa c’est avec plaisir que j’ai dévoré ces bandes-dessinées.

L’histoire de sa vie est contée par Marie-Madelaine, une jeune femme qui entre à son service pour l’aider dans son quotidien dans les dernières années de sa vie. Elle découvre la vie extraordinaire de l’aventurière et nous raconte son histoire avec beaucoup d’amour.

Marie-Madelaine Peyronnet a passé 10 ans de sa vie avec l’exploratrice. La maison d’Alexandra David-Néel est aujourd’hui un musée qu’il est possible de visiter à Digne-les-Bains, dans les Alpes-de-Haute-Provence.


Immortelle randonnée

Jean-Christophe Rufin

Écrivain, voyageur, médecin, diplomate, engagé dans l’humanitaire chez Médecins sans frontière et membre de l’Académie Française … Rufin est un auteur que j’adore aussi pour son parcours de vie tellement riche !

Il signe ici cette fois un roman autobiographique qui retrace son épopée le long du chemin de Compostelle. Il nous partage avec souvent beaucoup d’humour et de dérisions ses souvenirs, ses réflexions et ses anecdotes durant les 800 kilomètres parcourus à pied.

Une belle ôde au Chemin, tout simplement.


Les huit montagnes

Paolo Cognetti

Un de mes coup de cœur lecture de cette année !

Une histoire d’amitié entre deux hommes qui se rencontrent enfants dans le Val d’Aoste. L’un est un montagnard et vit toute l’année dans la vallée, l’autre est de passage uniquement l’été.

L’histoire d’une belle rencontre qui bousculera leurs destins à jamais. Une histoire touchante et un chant d’amour pour la montagne. C’est bouleversant et à lire absolument !!


Bonus : Destination Petaouchnok

Raphaël de Casabianca / Antoine Delaplace

Et voilà pour finir une petite pépite sortie en Octobre dernier : Destination Pétaouchnok !

Un livre de voyage solidaire, ludique et drôle pour partir à la découverte de plus de 50 destinations dans le monde, sublimées par 38 photographes du monde entier !

Petaouchnok c’est d’abord un compte Instagram créé par Raphaël de Casabianca et son meilleur ami Antoine Delaplace. Ils partagent des photos « d’instagrammeurs » et mettent en avant des lieux originaux avec une bonne dose d’humour et de bonne humeur.

Ils ont décidé d’en faire un livre et de reverser tous les droits d’auteurs et les bénéfices au profit de la campagne Vacances du Secours Populaire. Un programme qui permet d’organiser une ou plusieurs journées à la mer ou à la montagne pour les personnes les plus précaires. Un achat solidaire qui a du sens !

Et devinez quoi ? Les deux auteurs ont organisé un concours pour permettre à 11 photographes supplémentaires de paraitre dans leur livre … Et je fais partie des heureux élus hihi ❤

Vous me retrouverez donc page 171 avec une petite photo prise dans la magnifique vallée de l’Ubaye dans les Alpes de Haute-Provence 🙂


La lecture c’est la vie !

En espérant que ce petit article vous inspirera de belles lectures !

Je lis tous les jours depuis toujours c’est une de mes passions viscérales ❤

Et pour moi c’est impossible de ne pas aimer lire. Vous n’avez juste pas trouver LE livre qui vous donnera le gout de la lecture tout simplement 🙂 Alors si vous aimez voyager mais que vous n’aimez pas lire faites-moi confiance et piochez dans cette sélection vous ne serez pas déçu(e) !

N’hésitez pas à me partager vos plus belles lectures de voyage en commentaire, je suis toujours à la recherche de nouvelles pépites à dévorer ! Et si vous aimez lire n’hésitez pas non plus à me rejoindre sur mon compte Instagram où je publie mes photos mais où je partage aussi régulièrement mes coups de cœurs lecture du moment tout genre confondu 🙂

Et pour finir : TOUS EN LIBRAIRIE !


Espagne : les plus beaux lieux à voir en Aragon

Que voir en Aragon ?

L’Aragon est une région au nord de l’Espagne que j’adore pour son côté authentique et sauvage. J’y suis allée plusieurs fois, en voiture ou en fourgon aménagé et ce fut à chaque fois un vrai régal !

Dans cette région les paysages sont simplement grandioses avec les Pyrénées aragonaises au nord et des espaces naturels sauvages partout ! Des cascades, des rivières à la couleur turquoise, une nature qui surprend toujours à chaque virage … Bref je suis toujours émerveillée par la beauté de cette sublime région d’Espagne ❤

Dans cet article je vous propose 10 lieux à voir en Aragon, pas toujours facile d’accès pour certains, mais qui promettent de belles aventures !


Alquézar

Le village médiéval d’Alquézar figure parmi les plus beaux beaux villages à voir en Aragon. Perché en haut d’une colline il est déjà sacrément photogénique vu de loin et c’est un réel plaisir de flâner dans ses petites ruelles pittoresques.

Situé dans le Parc Naturel de la Sierra de Guara c’est aussi le point de départ pour de nombreuses randonnées dans les gorges de Guara.

Même sous un ciel menaçant le charme opère !


Randonnée à Alquézar : Le sentier des passerelles

Le sentier des passerelles, qui débute en plein cœur du village, est une randonnée incontournable à faire à Aragon.

L’itinéraire surplombe les gorges du Rio Vero et vous pourrez admirer en chemin toutes les nuances de bleu de la rivière.

Pas de difficulté particulière pour cet itinéraire de deux heures qui peut aisément se pratiquer en famille.

Je l’ai faite en 2004 et la dernière fois en 2019 j’ai eu la surprise de découvrir que la rando était désormais payante. Un endroit surement victime de son succès … C’est quelques euros dans mes souvenirs rien de folichon, avec en prime un casque de Playmobil obligatoire à mettre sur la tête pour éviter de se cogner sur la roche.

A la fin de la balade vous pourrez admirer une belle cascade et vous baigner, si le temps le permet, dans ses eaux turquoises ❤

Une randonnée facile et fabuleuse, à ne pas manquer lors d’un séjour en Aragon !

Vue sur le Rio Vero à Alquezar

Los Mallos de Ligüerri

En voilà un lieu qui résume toute la beauté des paysages que l’on rencontre en Aragon !

Situé lui aussi dans le Parc Naturel de la Sierra de Guara, le lac de Vadiello est en fait un lac de barrage. Néanmoins même si le lac n’est pas naturel l’endroit reste enchanteur.

La route qui mène au lac est elle aussi magnifique, de quoi s’arrêter à chaque virage pour admirer le paysage.

Le lac est accessible après seulement quelques minutes de marche depuis le parking du barrage de Vadiello.

Dominé par d’impressionnantes falaises nommées Mallos de Ligüerri le lieu reste une véritable pépite !

Il est possible de faire une randonnée en partant du lac mais j’ai simplement opté pour me poser autour du lac, profiter du calme des lieux et admirer ces roches que j’aime tant #passioncaillouxchelou


Le Canyon de Mascun

Voilà une randonnée incontournable à faire en Aragon : le canyon de Mascun et ses formations rocheuses de toute beauté !

Une rando qui devrait plaire aux amoureux des curiosités géologiques ! L’itinéraire est jalonné de pics calcaires aux formes spectaculaires comme la Ciutadella, la Cuca de Bellosta, ou encore El Dolfin, un trou dans la roche à la forme de dauphin ! Merci Dame Nature ❤

Le sentier débute non loin du village de Rodellar, avec plusieurs passages à guets à traverser en automne et jusqu’au début de l’été, quand le niveau de l’eau est encore élevé. J’ai fait cette rando au début du printemps et l’eau était gelée !

J’avais juste oublié de préciser cette histoire de passage à guets à mon amoureux et quand il fallu se mouiller les mollets il m’a regardé en mode « Non mais dans quoi elle m’embarque encore celle-là » … J’ai bien sûr finit par lui annoncer la couleur « Allez plus que 6 traversées de rivières et c’est finit ! ».

Gnak Gnak Gnak.


Aïnsa

Le village médiéval d’Aïnsa figure aussi parmi les plus beaux villages d’Aragon. Le centre historique et ses ruelles pittoresques sont bourrées de charme. Et la vue sur les paysages alentours depuis les ruines de sa forteresse est pour le moins sympathique 🙂

La ville est située entre le Parc Naturel de la Sierra de Guara et le Parc Naturel d’Ordesa, un point de chute idéal pour explorer les environs.


Le lac de Mediano et son église engloutie

Tout près d’Aïnsa se trouve une petite curiosité : le lac de Médiano. Cet immense lac de barrage a englouti cinq villages dont celui de Mediano. Il ne reste que le clocher de son église qui émerge des eaux, offrant ainsi un paysage plutôt surprenant.


Le Parc National d’Ordesa et du Mont Perdu

Situé dans les Pyrénées aragonaises, le Parc National d’Ordesa et du Mont Perdu est une étape incontournable lors d’un voyage en Aragon ❤

Le parc offre de nombreuses possibilités de randonnées dans un espace naturel sauvage et préservé. J’ai choisi l’itinéraire en boucle qui passe par Faja de Pelay, un sentier qui surplombe le canyon d’Ordesa. Que du bonheur !

20 kilomètres, 8h de marche, des cascades en pagaille, de superbes vues sur la brèche de Roland, sur le canyon et des panoramas à couper le souffle tout au long du chemin !

Je vous partage simplement ici quelques photos et je ferai tout bientôt un article plus précis sur cette sublime rando ❤


Ibón de Plan

Découvrir le lac glaciaire de l’Ibón de Plan c’est toujours un tri bon plan ! Oui, bon ok la blague est pourrie mais forcément le jeu de mot est facile 😉

Niché au cœur des Pyrénées aragonaises l’accès au lac est possible depuis une piste forestière qui commence au village de Saravillo. Il faudra payer trois euros pour passer une barrière et emprunter une piste carrossable qui est aujourd’hui en assez bon état. Elle reste toutefois bien cahoteuse donc prudence.

Comptez environ 40 minutes pour faire les 14 kilomètres de piste. Voir plus je sais plus, moi sur les pistes je serre les fesses c’est tout.

Au bout de la piste vous trouverez le refuge de Lavasar où il est possible de se garer (en voiture ou en van aménagé) mais venez tôt pour trouver facilement une place.

Le sentier mène au lac en 20 minutes de marche. Easy !


Les Murailles de Finestras

Les murailles de Finestras c’est pour moi LE plus beau site naturel d’Aragon. Et c’est l’une des plus belles merveilles géologiques que j’ai pu voir de ma vie ! Oui oui rien que ça ❤

Un endroit assez difficile d’accès mais quelle claque visuelle ! Fracture de la rétine et des veines du crâne du cerveau en arrivant !

Voici un article détaillé où je vous explique comment accéder aux murailles de Finestras sans déglinguer votre véhicule au passage car bonjour l’état de la piste !

Panorama sur les murailles de chine aragonnaise


Pozan de Vero

Ici pas de randonnée mais simplement une jolie petite cascade, idéale pour se rafraichir, se baigner, pique-niquer ou que sais-je encore.

Un lieu tout simplement bourré de charme et plutôt calme lors de mon passage au printemps 🙂 Elle est surement beaucoup plus fréquentée en été, tous les points d’eau étant pris d’assaut à cette période 😉


Le Salto de Bierge

Non loin de Pozan de Vero vous trouverez le Salto de Bierge, une cascade très appréciée des locaux et des touristes en été.

Malheureusement aujourd’hui le site est payant. 3 ou 4 euros l’entrée pour accéder à la cascade et se baigner dans la rivière Alcanedre. C’est bien dommage mais encore une fois, surement la conséquence de l’afflux touristique de cet endroit en haute saison.

En tout cas pour l’avoir testée en plein été c’est l’endroit idéal pour se baigner à la fraiche (entendez par là l’eau est méga froide).


Une belle randonnée à faire à Bierge

Si payer ou vous baigner parmi la foule vous fais peur je vous propose de faire la randonnée qui mène à Fuente de Tamara. Le sentier débute derrière la barraque à frite de la cascade.

Mais attention ça grimpe sec, le soleil tape fort et il n’y a pas d’ombre ! Comptez environ 4 à 5 heures de marche aller/retour. Le sentier surplombe le Rio Alcanedre mais on voit rarement la rivière qui reste cachée par les broussailles.

Le sentier offre toutefois en chemin une vue sur la Peña Falconera, ou « Huevo de Morrano », une autre curiosité géologique en Aragon.  

A l’arrivée vous pourrez vous baigner au calme à Fuente de Tamara, l’endroit étant moins fréquenté que la cascade de Bierge.


Le monastère bouddhiste de Panillo

Niché dans un écrin de verdure sauvage le monastère bouddhiste de Panillo est un lieu insolite que je vous conseille vivement de découvrir lors d’un roadtrip en Aragon.

L’accès au monastère se fait en empruntant une piste assez cahoteuse mais le lieu vaut vraiment le détour. Un petit air du Tibet ou du Népal en plein cœur de l’Espagne !


Les Mallos de Riglos

Le village de Riglos, entouré par ses imposants mallos est définitivement un de mes coups de cœurs en Aragon . Un lieu vraiment insolite à ne pas manquer !

Ces blocs granitiques sont très prisés des pros de la varappe, vous verrez forcément des personnes qui escaladent ces rochers géants. Moi l’escalade c’est pas mon truc, j’ai un vertige démoniaque de la mort qui tue, alors les admirer d’en bas ça me va 🙂

N’hésitez pas à flâner dans le village de Riglos pour une vue insolite sur les mallos. Et si le cœur vous en dit une randonnée en boucle de trois heures en fait le tour. Attention cependant en plein été car les coins d’ombre sont inexistants et le soleil tape fort par ici !


Le mirador de Los Buitres

Pour une vue insolite sur le village de Riglos je vous conseille de vous rendre jusqu’au belvédère de Los Buitres. Il faudra emprunter une piste depuis le village de Sarsamarcuello.

Elle secoue un peu mais elle reste en très bon état. Et une superbe vue vous attend au lever et au coucher de soleil ❤

Belvédère de Los Buitres

Mirador de los Buitres


Agüero

Le village d’Agüero est une véritable pépite, un lieu insolite de toute beauté à voir absolument lors d’un voyage en Aragon !

Situé non loin de Riglos il semble un peu moins connu et pourtant il est (pour moi) beaucoup plus beau que que son voisin 🙂 Fracture de la rétine garantie pour ce village entouré par ces imposants mallos. Perso j’adore !

Comme à Riglos un itinéraire de randonnée permet d’en faire le tour pour les admirer de plus près.


L’Aragon en pratique

Voici une petite carte pour vous aider à situer ces endroits 🙂


Comment aller en Aragon ?

L’Aragon n’est pas une province aussi connue que l’Andalousie, elle reste beaucoup moins fréquentée et surement sous-cotée.

Elle est située au nord-est de l’Espagne, juste après la frontière française. Vous pouvez arriver en Aragon depuis la France en empruntant le tunnel de Bielsa, le tunnel de Canfranc ou en passant par le col de Pourtalet.


Quelle est la meilleure période pour visiter l’Aragon ?

J’y suis allée en été, à l’automne et au printemps mais l’Aragon peut aisément se visiter toute l’année.

En été il fait très chaud mais vous pourrez vous rafraichir dans les lacs et les rivières. En automne le temps est encore très clément bien que plus humide. Pour moi le printemps est la période idéale, l’afflux touristique est moindre et la météo parfaite !


Comment se déplacer pour visiter l’Aragon ?

Le meilleur moyen pour visiter l’Aragon est d’avoir un véhicule. Bon nombre d’endroits ne sont pas desservis par les bus et encore moins les lieux accessibles via des pistes.


Où se loger en Aragon ?

J’ai pas spécialement de lieux à vous conseiller pour vous loger car à chaque fois j’y suis allée en voiture en dormant dans le coffre ou dans mon ancien J9 et plus récemment dans mon Boxer aménagé.

Je peux tout de même fortement vous conseiller de trouver un hébergement à Alquézar, idéal pour rayonner ensuite dans le Parc de Sierra de Guara.

La ville d’Ainsa peu aussi être un très beau point de chute ainsi que la ville de Torla qui permet de visiter facilement le Parc National d’Ordesa et Mont Perdu.

L’Aragon est une région qui me rappelle toujours de bons souvenirs car c’est sur ces terres que j’ai vécu mes premières vadrouilles d’apprentie voyageuse quand j’avais la vingtaine (c’est loin) 😉 Depuis j’y suis souvent revenue et c’est toujours avec plaisir que je (re)découvre cette partie de l’Espagne que j’aime tant.

Dans tous les cas j’espère que cet article vous aidera à affiner votre itinéraire de voyage en Aragon. Ou qu’il vous donnera envie de découvrir cette sublime région sauvage d’Espagne ❤

Je vous souhaite de belles vadrouilles !