Le Slow Travel : Voyager lent pour voyager mieux

Lors de mes derniers voyages, je me suis rendue compte que ma façon de voyager avait un nom : le Slow Travel … 

Mais Késako? C’est tout simplement et comme son nom l’indique un mouvement qui incite à voyager lentement 🙂


Apprendre à prendre son temps


Kirghizstan Kul Ukok

Je m’explique : lorsque je voyage, que ce soit dans un pays loin ou pas d’ailleurs, j’aime prendre mon temps… Flâner au hasard des rues… Et ne pas avoir peur de me perdre … M’asseoir sur une terrasse de café et apprécier le décor… Aller dans un marché local et m’imprégner de l’ambiance… Poser mes fesses chez Dame Nature, me rouler dans l’herbe et regarder les nuages…

Bref quand je voyage je vis un peu au ralenti et j’adore ça.

En discutant avec les gens j’ai souvent des réflexions du genre « Tu vas une semaine à Porto? Mais t’as largement le temps d’aller dans aussi cette ville … et ici … et là…. »  … « Quoi tu restes 6 semaines au Kirghizstan??? Moi en un mois je fais le Kazakhstan , l’Ouzbékistan et le Tadjikistan ! » ….

Bref, des exemples comme ça j’en ai à la pelle … Mais c’est pour vous donner une idée du truc …  Quand je vais visiter une ville ou un pays, je préfère me concentrer sur l’endroit où je vais plutôt que sur les éventuelles choses possibles à faire autour ….


Savourer l’instant présent


Kirghizstan

Alors oui, quand je vais dans un pays je visite plusieurs endroits forcément … Mais je n’organise pas grand chose à l’avance, je laisse de la place à l’imprévu et je n’ai pas pour objectif de me farcir le pays en entier ! Parce que d’une ce ne serait pas possible et de deux ce serait la course et c’est pas le but quand je pars en vacances !

C’est une façon différente de voyager mais pour ma part: prendre son temps c’est la meilleure façon de ne pas le perdre.

Alors certes, je comprends la frustration de certains qui auraient l’impression de passer à côté de pleins de choses en freinant leur rythme … Mais je suis persuadée que ce sont eux qui passent à côté de pleins de choses … en étant dans cette frénésie acharnée de voir le maximum de choses en un minimum de temps.


Voyager local


Ladakh Vallée de la Markha

Le Slow Travel invite aussi à être un peu plus éco-responsable … Manger local, se déplacer avec les transports en commun du coin, faire du stop, dormir chez l’habitant… Autant de façon de voyager qui vous permettront d’être au plus près des locaux.

Et c’est en étant plus près des locaux que vous comprendrez mieux l’endroit dans lequel vous vous trouvez.


Dépenser moins


Et oui en freinant son rythme on dépense moins forcément … En limitant son nombre d’activité, en choisissant un bus local au lieu d’un taxi, en dormant chez l’habitant plutôt qu’à l’hôtel … Bref votre budget voyage ne sera pas le même !

Kirghizstan slow travel


Alors je n’ai pas la prétention de dire que c’est la meilleure façon de voyager !

Chacun fait comme il l’entend forcément !

Mais dans cette société où on vit déjà à 100 à l’heure, faire le choix de ralentir pendant ses vacances fait grandement du bien je vous l’assure !

Et vous, vous êtes plutôt voyage au ralenti ou voyage à fond les ballons ?


25 commentaires sur « Le Slow Travel : Voyager lent pour voyager mieux »

  1. Je me reconnais tout à fait dans ta façon de voyager 😀 Je déteste le fait de devoir courir pour en voir le plus possible, au final tu ne profite pas de ce que tu vois et tu ne vois rien. J’adore me perdre dans les rues d’une ville, c’est comme ça qu’on trouve les plus belles choses ! Très bonne année, qu’elle soit riche en découvertes 🙂

    J'aime

  2. C’est exactement ce que j’ai ressenti au Québec pour mon premier voyage en solo.
    Dans une p’tite ville qui n’était qu’une étape, j’ai flâné, bavardé dans une librairie, un café coopératif, mon hôte, bouquiné à la bibli.
    C’est une de mes plus journées, à profiter pleinement de l’instant présent.
    Et quand je pense, ça partait d’une bonne intention, sur un forum de voyages, on me deconseillait d’aller au Québec, sans voiture.
    J’ai peut-être vu moins mais j’ai vécu plus 🙂
    Bon slow travel !

    J'aime

  3. Carrément! C’est comme ça j’ai passé 3 semaines à Malte… C’est par contre assez frustrant quand on ne peut prendre que 2 semaines de vacances à la suite, ça limite pas mal. Mais je vais faire en sorte que ça change! ;o)

    J'aime

  4.  » j’aime toutes les choses qui se veulent à petites doses. Tout ce qui est modéré, mais entièrement et pleinement savouré. J’aime qu’il y est peu de choses dans ma vie, et que ma vie comporte peu de choses, tant qu’elles sont pleines et qu’elles prennent toute la place qu’elles peuvent occuper. « 

    J'aime

  5. Tout à fait d’accord avec toi Linda, d’autant plus que le voyage en lui-même passe déjà tellement vite, alors autant savourer chaque instant que l’on ne pourra hélas pas reprendre avec soi dans ses bagages!

    J'aime

  6. Je suis complètement d’accord 🙂 J’ai eu une période (quand j’ai commencé à voyager) où je voulais tout voir, tout faire… au final, c’est épuisant et on a pas du tout l’impression d’avoir profiter de la vie dans le pays, des gens… c’est tellement plus agréable de se prendre pour un local pour une journée et de vivre « normalement » !

    Aimé par 1 personne

  7. En même temps le monde extérieur te conditionne tellement au tourisme frénétique ! Tiens ya qu’à regarder le nombre de guides qui proposent comment « optimiser » un voyage de 1 semaine, 2 semaines, 3 semaines ou encore le nombre d’articles du type « 10 choses à voir… » – si on n’y fait pas gaffe notre cerveau, rationnel qu’il est, a vite fait de transformer un voyage en checklist où tout est planifié, pondéré, quantifié… beurk l’horreur quoi.

    Je pense que ce n’est pas entièrement notre faute, quelque part notre nature est comme ça et il faut un minimum de volonté quand même pour mettre le mode frénésie sur « off » et apprécier l’instant, se rouler dans l’herbe, regarder les nuages, s’émerveiller devant une fleur exotique mais aussi ne pas perdre de vue que voyager c’est déconnecter un certain temps de sa culture pour se reconnecter à une autre et je pense que ça ça passe avant tout par les gens, les locaux enfin les humains qui croisent notre chemin… et pour ça il faut prendre le temps en effet !

    Je crois que c’est A. David Néel qui disait d’ailleurs que voyager sans rencontrer l’autre ce n’est que se « déplacer ». 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s